Qualité d’image

Soyons bref : si on excepte un vignettage présent à f/1.8 c’est vraiment un carton plein. Dès f/1.8 le rendu est piqué et devient tranchant à f/4. « L’effet de 3D » lié à la faible profondeur de champs est agréable, le bokeh est crémeux et les couleurs très bien restituées. Les aberrations chromatiques sont inexistantes, idem pour la distorsion. Le rendu est propre, précis, excellent. Vous pouvez découvrir une série d’images (affichables en taille réelle de 20 megapixels en cliquant dessus) pour juger par vous-même.

Comparatif d’une scène de f/1.8 à f/8 :

IMG_5271 f/1.8

IMG_5272f/2.8

IMG_5273f/4.0

IMG_5274f/5.6

IMG_5275f/8.0

Deuxième comparatif :
IMG_5368f/5.6

IMG_5366f/4.0

IMG_5365f/2.8

IMG_5364f/1.8

Côté proxiphoto, le Tamron 45mm f/1.8 VC permet un grossissement nettement plus important :
IMG_5298

On peut aisément isoler un sujet
IMG_5307

Le piqué est très bon et homogène, que ce soit sur les bords…
IMG_5269

… ou au centre
IMG_5270

La différence de PDC entre f/1.8
IMG_5267

et f/5.6
IMG_5266

A f/4.0 le rendu met tout de même une bonne claque:
IMG_5263

IMG_5375

Le bokeh est doux et agréable :
IMG_5233

Evidemment, le portrait est le terrain de jeu de prédilection de cet objectif:
IMG_4991

20160825202207_IMG_5107-02

IMG_4935

IMG_5330Quand on dit « aucune distortion » c’est aucune distortion

IMG_5340

IMG_5365

IMG_4947

Conclusion

Ce Tamron 85mm f/1.8 VC SP ne ment pas sur la marchandise. C’est un objectif efficace, fiable, robuste, exempt de défauts optiques ou de construction. Il fait le job et le fait même très bien. Un outil qui permet de sortir des images d’excellente facture dans des conditions difficiles. Maintenant, face à des 85mm f/1.8 deux fois et demi moins cher, vaut-il le coût (et le coup par la même occasion) ?

C’est là que l’on entre dans la nuance. Entre f/1.8 et f/2.8 le gain de qualité est réel par rapport aux Canon et Nikon 85mm f/1.8. Réel mais léger. Au-delà, dans des conditions de studio il sera difficile de faire la différence. Dès lors, différence n’est pas assez importante par rapport à l’écart financier. En revanche, en situation de reportage, dans des conditions difficiles ou en mouvement, sa stabilisation et sa construction sont de vrais atouts.

On peut également le comparer aux modèles plus onéreux que sont les 85mm f/1.2 L II et 85mm f/1.4 G. A ce niveau, les modèles Canon et Nikon apportent un rendu plus particulier. Le Canon 85mm f/1.2 L II que j’ai eu la chance de beaucoup utiliser délivre des images plus précises et une sensation de 3D plus importante, et ce même à f/1.8. Le rendu y est pour beaucoup. On entre dans le registre de la sensibilité. Et c’est ce dont manque ce Tamron finalement. Une petite subtilité de rendu qui lui donne un cachet. Alors soyons d’accord : il est excellent. Mais il lui manque un petit truc qui lui permettrait de faire mieux que les « grands » 85 mm.

Alors, à acheter ou non ?

Si vous êtes reporter, il est nettement plus intéressant que les 85mm f/1.8. Certes sa tropicalisation et sa stabilisation ont un coût non négligeable, mais elles vous permettront de shooter mieux, avec moins de déchet et plus de tranquillité. Si vous vous cantonnez au studio, le choix sera moins intéressant.

Maintenant, si vous hésitez avec les 85mm f/1.4 et f/1.2 de Zeiss, Nikon ou Canon, le choix est plus délicat. En effet, le Tamron sera encore une fois plus efficace dans des conditions difficiles et ce, même avec une ouverture maximale plus petite. Côté construction en revanche, il ne fait pas mieux et pas pire non plus. Mais sur ce coup-ci, il revient nettement moins cher également. Un détail important.

A vous de savoir vers quel type de captures vous vous orientez. Comment et où vous photographierez et de combien de budget vous disposez.

Les notes du JDG
L'avis du JDG Excellent sous tout rapport et doté d'une superbe construction, il a comme seul défaut un poids un chouya élevé et un AF un tantinet long. La stabilisation est un vrai plaisir et prend tout sons sens. Encore une fois, Tamron délivre un objectif qui ravira les reporters et photographes de terrains, amenés à travailler dans des conditions difficiles.

9

10

Design et Construction

Design en métal, look discret, tropicalisation rassurante et finition exemplaire. Des qualités qui se soldent par un volume logiquement un peu élevé. Mais c'est bien le seul reproche que l'on peut lui faire à ce niveau. Oui, c'est exactement le même résumé que pour le 45mm f/1.8 VC. Mais bon, ça prouve que la gamme est cohérente.
9

Qualité d'image

Très bon à f/1.8 que ce soit au centre ou sur les bords et excellent dès f/2.8. Aucune distorsion, ni aberration chromatique et un bokeh très doux. Encore une fois, c'est excellent.
8

Utilisation

Malgré son poids, il est très bien équilibré. La bague de map est agréable, tout comme la finition en métal. La stabilisation apporte un vrai plus et permet de se sortir de certaines situations délicates. Seul petit bémol, un autofocus un peu lent et manquant parfois de précision.
9

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction