Contenu

Comme c’est désormais coutume, ce 85 mm est livré dans une boîte avec son pare-soleil (pas de housse de transport) et son coupon d’extension de garantie à 5 ans. une garantie que l’on souscrit en ligne dans les 3 mois suivant l’achat et qui est nominative et non cessible.

Design et Prise en mains

Identique aux 35 mm f/1.8 VC et 45 mm f/1.8 VC que nous avons testés ici et , ce 85 mm offre une construction assez phénoménale. C’est lourd certes, mais robuste. Le focus interne garantit une plus longue durée de vie en n’exposant pas le fût. Les joints de tropicalisations sont présents pour assurer une protection contre toute intrusion de poussière ou d’humidité. Et ce n’est pas tout. A l’instar de ses deux petits frères, on retrouve un travail jusque dans les bouchons avant et arrière plus gros et robustes, assurant une parfaite prise en main. Un souci du détail appréciable. Su ce point, ce Tamron et sa robe toute de métal noir n’a rien à envier aux ténors Sony, Canon ou Nikon. On est donc très loin des autres objectifs 85mm f/1.8.

IMG_5429

IMG_5407

IMG_5403

IMG_5401

IMG_5420

IMG_5400

IMG_5399

Utilisation

Il est gros ce 85mm. Mais qu’on se rassure, le caoutchouc de la bague de map et son poids réparti de façon homogène assurent une prise en mains ferme et rassurante. Le diamètre n’est pas gênant et le petit chanfrein à l’arrière facilite sa mise en place et son extraction. Toutefois, à côté des 430g des autres 85mm f/1.8 il paraît énorme. Mais bon, on n’a rien sans rien.

IMG_5397A côté du Mitakon 85mm Creator que nous avons testé ici, ce Tamron paraît gigantesque !

Nous reviendrons sur la qualité d’image dans la troisième partie. Pour le moment, nous nous concentrons sur l’utilisation. On apprécie sa mise au point minimum de 80cm plutôt courte pour un 85mm. D’ailleurs, sur capteur APS-C cela permet des gros plans très serrés. Mais attention, on reste plus éloigné qu’avec un 45mm f/1.8 VC par exemple.

20160825202207_IMG_5107-02

En revanche, l’autofocus n’est pas le meilleur de la catégorie. testé sur des boîtiers Canon EOS 5D mark III et EOS 70D, il s’est avéré un peu lent à passer d’un sujet proche à un sujet loin. Mais plus contraignant, c’est la précision de l’autofocus qui n’est pas au niveau d’un 85mm f/1.2L II par exemple. Rien de dramatique cependant car on arrive à capter ce qu’on veut. Mais pour un objo accès sur un usage terrain, une optimisation du moteur ultrasonique serait la bienvenue.

IMG_5326Même avec le collimateur central, il a fallu s’y prendre à 2 fois pour avoir le focus voulu.

La stabilisation est vraiment la bienvenue ! Autant sur le 15-30 mm je la trouvais peu utile (cf ici pour savoir pourquoi), autant sur ce 85 mm, elle est une arme redoutable. En liveview à bout de bras, les photos restent nettes. Mieux encore : totalement silencieuse, elle permet de filmer à l’épaule avec un petit steadycam de fortune. C’est assez sympa pour certains cadrages serrés. Et sur APS-C (et donc avec un équivalent 135mm) c’est carrément indispensable. Un avantage que ne peuvent apporter les 85mm f/1.4 et f/1.2. Car même si on grappille quelques dixièmes de seconde grâce à une ouverture plus grande, la stabilisation assure une netteté quasi systématique des images. De quoi compenser des positions tordues et des prises de vues dans des conditions précaires.

Bref, vous l’avez compris, Tamron a sorti un objo taillé pour le reportage plutôt que le studio, qui ne bronchera pas des conditions déplorables et les mouvements de foule. Tout comme les 35 mm et 45 mm, c’est un outil axé sur l’efficacité. Mais contrairement aux autres objectif de la marque japonaise, la stabilisation de celui-ci apporte un plus qui devient quasi indispensable lorsqu’on y a goûté.

Les notes du JDG
L'avis du JDG Excellent sous tout rapport et doté d'une superbe construction, il a comme seul défaut un poids un chouya élevé et un AF un tantinet long. La stabilisation est un vrai plaisir et prend tout sons sens. Encore une fois, Tamron délivre un objectif qui ravira les reporters et photographes de terrains, amenés à travailler dans des conditions difficiles.

9

10

Design et Construction

Design en métal, look discret, tropicalisation rassurante et finition exemplaire. Des qualités qui se soldent par un volume logiquement un peu élevé. Mais c'est bien le seul reproche que l'on peut lui faire à ce niveau. Oui, c'est exactement le même résumé que pour le 45mm f/1.8 VC. Mais bon, ça prouve que la gamme est cohérente.
9

Qualité d'image

Très bon à f/1.8 que ce soit au centre ou sur les bords et excellent dès f/2.8. Aucune distorsion, ni aberration chromatique et un bokeh très doux. Encore une fois, c'est excellent.
8

Utilisation

Malgré son poids, il est très bien équilibré. La bague de map est agréable, tout comme la finition en métal. La stabilisation apporte un vrai plus et permet de se sortir de certaines situations délicates. Seul petit bémol, un autofocus un peu lent et manquant parfois de précision.
9

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction