La lumière est la clé de la photo. Pas de lumière, pas de photo. CQFD. Le Light Pro Daylight 1750 de FotoQuantum fournit une lumière continue puissante, dont la diffusion est similaire à celle produite par une petite fenêtre éclairée par la lumière du jour. Nous l’avons testé pendant un bon moment et voici notre avis.

DSC_0866

La photo de studio se pratique à l’aide de flashs, souvent très puissants. Mais on peut également photographier avec une lumière continue. Cette dernière solution est d’ailleurs nettement plus polyvalente si l’on souhaite également réaliser des vidéos. Mais il y a d’autres avantages à photographier en lumière continue : pas besoin de cellule supplémentaire (on peut utiliser celle du boîtier), un aperçu immédiat du rendu, une plus grande facilité à obtenir les modelés et volumes désirés…

Reste deux bémols : la consommation énergétique (7 ampoules à pleine patate pendant plusieurs heures, ça va faire les affaires d’EDF) et logiquement la chaleur dégagée (en studio la température monte généralement très vite).

DSC_0831

Le Daylight est livré avec 7 ampoules fluocompactes à culot de type E27 blanches 50W délivrant une intensité lumineuse équivalente à 7 ampoules 250W, et produisant une lumière d’une température de 5400K.

SAMSUNG CSC

On a testé plusieurs configurations pour répondre à cette question : La lumière continue fournie par Le Foto Quantum Daylight offre t-elle une solution intéressante pour la photographie ?

Design

DSC04402Le concept est simple :  7 ampoules réparties uniformément sur une petite surface. 6 pales inclinables viennent couvrir l’ensemble. Le tout se monte sur un pied.

DSC_0848Les pales font le job de reflecteur, l’ensemble a un poids plutôt bien équilibré. La fixation est robuste, une fois vissée, elle ne bouge pas. On les voit ici rabattues

DSC_0849Le système de fixation est entièrement en métal et très résistant

DSC_0870Les interrupteurs peuvent être enclenchés à l’aide d’une seule main

DSC_0846Au dos, 3 interrupteurs permettent de créer diverses configurations pour calibrer l’éclairage. Le panneau d’éclairage peut d’ailleurs s’incliner de haut en bas, mais pas sur les côtés (cela aurait été une complication inutile)

L’ensemble est lourd, surtout une fois les ampoules placées. Mais les fixations sont très bonnes. On n’est pas au niveau de finition de Manfrotto mais c’est résistant, une fois en place, ça ne bouge pas. Et c’est ça le plus important.

 3 interrupteurs pour 5 configurations

Concrètement, l’intensité lumineuse change en fonction des interrupteurs actionnés, mais la diffusion de la lumière est identique, peut importe la position de l’ampoule allumée.

DSC_0856

Nous avons commandé des ampoules LED plus chaudes (2600k). Elles offrent une meilleure durée de vie, ne dégagent presque pas de chaleur, et sont nettement plus agréables à utiliser. Il existe des ampoules LED à lumière blanche, d’une température de 5400k, mais pour nos besoins, un rendu plus chaud était préférable. Nous avons également effectuer un test avec des ampoules à incandescence classiques. Pour le coup, ces dernières chauffent énormément (logique). Voici une image montrant les différences d’éclairage en fonction des types d’ampoules utilisés.

SAMSUNG CSCA gauche, les ampoules fluocompactes blanches fournies avec le Daylight, au milieu les LED et tout à droite, les ampoules à incandescence classiques. Après 3 minutes, les ampoules à incandescence sont bouillantes, les fluocompactes (livrées avec le Daylight) sont un peu chaudes tandis que les LED sont toujours froides.

Comme nous l’avons dit plus haut, il existe différentes configurations possibles en fonction des interrupteurs activés. C’est propre à l’éclairage continue. Cela permet plusieurs choses intéressantes comme par exemple, utiliser une grande ouverture sans soucis de la vitesse (certains boîtiers étant limités à 1/4000s). Cela permet également de ne pas éblouir les modèles, ou, au cas où vous utilisez deux éclairages distincts, de créer un éclairage asymétrique.

En revanche, si le nombre d’ampoules allumées compte, leur emplacement n’a aucune importance. Voici les configurations :

DSC_0832

DSC_0823

DSC_0822

DSC_0820

_SAM4423

 

Test « terrain »

Bon, c’est pas tout ça, mais il va falloir passer au test. Différents essais ont pu être faits et voici ce qui a été constaté. L’éclairage est puissant, mais pas aveuglant (pas de sourcils froncés donc, même de face), et il est suffisament large pour couvrir une zone denviron 3 mètres à un mètre de distance. Nos amis du Journal du Gamer ont d’ailleurs utilisé ce système pour réaliser le pilote de leur nouveau rendez-vous vidéo. Et forcément, je me suis joins à eux.

Nous n’avons remarqué aucun soucis quant à l’éclairage, et le Daylight a permis de compenser la lumière venant de la fenêtre.


L’éclairage pourra varier légèrement, en fonction des ampoules utilisées. Mais avec celle d’origine, on peut déjà éclairer correctement une à trois personnes

Côté critique, il n’y a pas grand chose à dire. Le système fait bien son boulot. Il sera préférable d’utiliser deux sources afin de gérer le modelé. L’ensemble est facile à transporter, pour peu qu’on puisse s’équiper d’un sac adaptée. Un des points négatif étant l’absence de sacoche de transport. Cela aurait été pratique.
Les pâles qui se rabattent vers l’avant, permettent, en plus de protéger le matériel, de le rendre plus compact et plus transportable.

Quelques exemples de clichés

Niveau consommation, on tourne à du 32 W/h avec les ampoules LED, contre 350 W/h pour les ampoules fournies. Une différence importante, qui sera rentable sur le long terme. Dans ce cas, il faudra compter environ 70€ supplémentaires. La solution offre donc un excellent rapport qualité/prix et une solution simple et pratique qui conviendra à toute personnes cherchant une source lumineuse pratique, facile à utiliser et abordable.

 Conclusion :

Le Daylight 1750 est une bonne solution d’éclairage qui intéressera les « podcasteurs », les photographes de produits et packaging, ou quiconque qui cherche une solution d’éclairage financièrement abordable. Les ampoules standards sont facile à remplacer. Vous pourrez même y ajotuer des LED à changement de couleurs pour varier vos shooting. Reste une puissance d’éclairage un peu faible si on n’utilise qu’un seul Daylight 1750.

Si vous avez eu la flemme de lire le test :

  • Son petit nom est le Daylight 1750
  • Il offre une solution d’éclairage continue facile à utiliser
  • Il se monte sur n’importe quel pied
  • Il utilise 7 ampoules à culot standard de type E27 (d’ailleurs 7 ampoules fluocompactes d’une température de 5400k sont founies)
  • Plusieurs réglages d’intensité sont possibles via 3 boutons (qui éteignent différentes ampoules);
  • Le système peut basculer en haut et bas
  • La diffusion de l’éclairage n’est pas très large, mais reste bien homogène
  • Si vous en utilisez deux, vous pouvez créer un éclairage asymétrique
  • Vous pouvez également y monter des ampoules LED colorées
  • Il n’y a pas de sacoche fournie
  • Les pales faisant office de reflecteur peuvent se rabattre pour faciliter le rangement;
  • L’écairage nécessite un branchement sur secteur
  • La finition est excellente et tout en métal

note 07

Le Mot de la fin :

J’ai bien aimé cette solution. Elle est pratique et fonctionnelle. On peut, lorsqu’on en utilise 2, se créer un véritable petit studio. La diffusion est agréable, la finition excellente et l’utilisation ultra basique. Durant le tournage qui s’est étalé sur plusieurs jours, on n’a eu aucun soucis.
A 209 euros TTC chez notre partenaire Prostudio 360, c’est une solution abordable très compétitive pour qui veut s’essayer à la photo et à la vidéo. Notez que vous pouvez également vous procurer des kits de 2 ou 3 Daylight 1750, ou encore des ampoules et des diffuseur frontaux.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction