On dirait qu’ils l’ont fait exprès chez Canon. Exprès d’attendre le numéro 5 pour vraiment lâcher la bride. Et pour cause : tout était là pour faire quelque chose. Tout : le dual pixel pour l’autofocus, l’algorithme pour le suivi, le capteur, l’écran, le viseur, le Digic 7 et un savoir faire. Après un Canon EOS 5, un Canon EOS 5D, voici le Canon EOS M5.

canoneos_m5_fig1-86e21

On retrouve finalement tout ce que l’on aurait aimé avoir il y a un petit moment et ça fait plaisir :

– Un viseur OLED de qualité intégré
– Un bon capteur
– Une bonne ergonomie
– Un écran tactile 1.6 millions de points de 8 cm de diagonale
– Un capteur digne de ce nom

canoneos_m5_fig2-a275b

canoneos_m5_fig3-55901

Le tout dans des dimensions contenues.

fz2000_dessus

Pourtant, quand on y regarde de plus près, on remarque que Canon n’a pas osé tout miser sur le rouge au lancement de la boule. Ainsi, la 4K est absente (on fera avec du Full HD en 60i), une vitesse d’obturation qui plafonne à 1/4000s, un capteur APS-C (bon OK, on en demande trop). Avec ses 115 x 86 x 60 mm pour 415g, il fait figure de point plume, y compris à côté du 80D avec lequel il partage beaucoup. Un 80D qui techniquement reste bien au-dessus.

Comptez 1139€ boitier nu. Une bonne petite nouvelle pour les Canonistes qui souhaitent s’équiper d’un petit boitier léger compatible (moyennant une bague) avec leur parc optique.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction