En tant que pratiquants amateurs ou professionnels, nous cherchons tous à faire de belles photos. L’œil toujours attentif à ce qui nous entoure, à la recherche d’un point de vue ou d’une originalité… Lorsqu’il s’agit des photos d’autrui, on s’interroge ou elles nous interpellent. Pourquoi ? Comment ? Alors quel est donc le secret d’une belle photo ? Je crois que depuis que je pratique la photo, ces questions reviennent constamment et les réponses n’ont cessé d’évoluer.

Si l’on décortique les éléments qui constituent la photo, on peut distinguer facilement deux aspects fondamentaux, un peu comme en patinage artistique : la technique et l’artistique. Loin de moi l’idée de donner des notes à une photo, chose qui serait complètement absurde, mais nous pouvons cependant nous interroger sur ses qualités et ses défauts.

Pour mieux apprécier les qualités artistiques d’une photo, l’observateur cherchera d’abord à comprendre l’ensemble de celle-ci : l’histoire qu’elle raconte, le rythme des formes et des couleurs, la place du sujet (ou thème) et la manière dont le sujet principal (l’acteur) participera dans l’ensemble du cadre. Il s’agit là des règles de la composition que nous avons acquises en les apprenant ou bien en les manipulant « sur le tas ». Cette « bonne première impression », comme on le dit d’une personne, nous invitera à en découvrir un peu plus. Plus concrètement, ces règles sont : le nombre d’or (ou règle des tiers par extension), le cadrage vertical ou horizontal, les lignes de fuites, l’équilibre et le rythme comme évoqués précédemment… Un portrait ne sera pas cadré comme un paysage, ni comme un monument. Cela semble être une évidence et nous le faisons tous d’une façon plus ou moins consciente.

Quoiqu’il en soit, le photographe choisira ses outils et la manière dont il les emploiera afin de transmettre au mieux un message ou la scène : focale, vitesse, ouverture, flash, ISOs en ce qui concerne nos (très) chers boîtiers. D’autres aspects techniques réfléchis plus en amont entrent également en compte : la balance des blancs, le choix du noir et blanc ou de la couleur, de la lumière naturelle ou artificielle, l’argentique (et donc le choix de la pellicule dont nous connaissons tant l’importance) ou le numérique, la pose longue, etc. On ne choisit pas en effet par hasard d’utiliser l’argentique pour faire de la photographie de reportage, on ne choisit pas non plus un téléobjectif puissant si ce n’est pour faire de la photographie animalière ou pour couvrir un évènement sportif – par exemple.

La technique et l’artistique… ne manque-t-il pas cette autre chose qui est plus difficile à décrire ? La photographie n’est pas une matière rationnelle ! Il arrive que l’on dise, lorsque l’on ne sait pas vraiment ce qui nous plaît, qu’une photo nous « parle ». On va dans ces cas là tenter de commenter les choix techniques ou artistiques de la bonne photo. Mais il ne s’agit pas exactement de cela, puisque c’est un ressenti plus qu’un aspect concret de la photo que l’on veut exprimer. Il s’agirait donc d’un sentiment personnel, d’une impression. A l’inverse, un point de vue purement technique fera « crier au loup » si la règle des tiers n’est pas respectée ou s’il y a des zones cramées. Mais en fait, n’est-ce pas volontaire ? De même que, malgré une compo et une expo parfaites, on peut trouver une photo sans émotion et vide de sens. L’un peut-il aller sans l’autre ?

Ces éléments participent évidemment de l’appréciation – subjective – de la qualité d’une photo. On pourra trouver que sa photo est belle, mais si on est seul à la trouver belle, à quoi bon ? Ne pratiquons-nous pas la photo pour partager des sentiments et des expériences ? Il vous est certainement arrivé de montrer à votre entourage une photo qui vous tenait à cœur, mais qui les a laissés indifférents. Quel échec ! On pourra se rassurer égoïstement en se disant qu’ils ne comprennent pas, qu’ils ne peuvent pas comprendre toute sa profondeur. En définitive, même s’il n’en existe pas vraiment de définition exhaustive, une belle photo est sans doute celle qui réussit le pari de transmettre des émotions d’un seul coup d’œil, qui nous transporte sur les lieux où elle a été prise à l’instant même où le photographe s’est donné la peine de déclencher, en se disant que cette photo fera certainement une belle photo.

:wink:

© Pixelistes – seungki

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction