Par le passé, nous vous avons déjà parlé de nombreuses fois d’astrophotographie, cette branche de la photographie qui s’intéresse aux astres et plus généralement, aux ciels étoilés. Le français Adrien Mauduit, qui nous intéresse aujourd’hui, fait partie de ces photographes et vidéastes qui vouent une passion dévorante à cette discipline, comme en témoigne son travail qui célèbre toutes les facettes du ciel nocturne, et ses phénomènes spectaculaires. Sa dernière création en date est d’ailleurs un astrolapse qui en met plein les mirettes, comme vous allez pouvoir le découvrir sans plus attendre.

ENTRE CIEL ET TERRE – La Palma in 4K astrolapse from Adrien Mauduit Films on Vimeo.

En dehors de son activité de photographe et de vidéaste, Adrien Mauduit travaille partiellement pour un projet nommé Project PoSSUM, qui étudie les nuages noctulescents, des nuages de très haute altitude qui apparaissent durant le crépuscule profond, et qui se présentent sous la forme de nappes de filaments qui semblent briller. Ce phénomène, comme celui des aurores boréales ou des éclipses ne cesse de le fasciner, et se trouve au cœur de sa démarche artistique.

Pour réaliser Entre ciel et terre, il est allé à la Palma, un sommet culminant à 2300 mètres se trouvant aux îles Canaries. Cet ancien volcan, qui accueille l’observatoire Roque de los Muchachos, bénéficie en effet d’un ciel clair et dégagé, pratiquement exempt de pollution lumineuse, ce qui en fait un lieu idéal pour capturer la beauté du ciel nocturne. Et Adrien Mauduit s’en est donné à cœur joie avec ce film en nous montrant non seulement la beauté de ce sommet qui transperce les nuages, et la majesté des ciels qu’il permet d’observer chaque nuit.

• Lire aussi : Le Skyglow Project revient avec un timelapse étonnant sur New York

Afin de réaliser ce film, Adrien Mauduit a utilisé plusieurs appareils. Un Sony A7rII pour la plupart des plans classiques, et un Canon 6D modifié pour l’astrophotographie, afin de capturer un spectre de couleur plus large. C’est ce qui lui permet d’obtenir autant de nuances lorsqu’il filme les nébuleuses. Une grande variété d’objectifs, du 14 au 300 mm, ainsi que des filtres pour déboucher l’image et gommer le peu de pollution lumineuse existant, ainsi qu’un traqueur Vixen Polarie et un contrôleur de mouvement 3 axes Syrp Genie viennent compléter sa panoplie qui lui a permis d’accoucher de ce magnifique astrolapse. Si vous avez aimé son film, n’hésitez pas à aller découvrir le reste de son travail sur sa page Viméo.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction