Troisième film de la série des -Turs réalisé par André Dip et José Menezes, Doku-Tur nous emmène dans la péninsule des Balkans pour un peu plus de quatre minutes. L’occasion de découvrir des paysages magnifiques, mais aussi, et surtout, la souffrance qui habite cette région marquée par les nombreux conflits qui s’y sont déroulés durant la dernière décennie.

DOKU-TUR from André Dip on Vimeo.

Porté par la musique lancinante de Apeles, Doku-Tur débute comme un court-métrage de voyage assez classique, avec un plan fixe magnifique qui laisse entrevoir la beauté de cette région de l’Europe. Les deux réalisateurs changent cependant bien vite de ton en nous délivrant, toujours à grand coup de plans fixes, des images marquantes qui démontrent la souffrance qui hante encore les Balkans.

Tourné en 2015 en Albanie, Macédoine et Kosovo, durant le pic de la crise migratoire, ce film propose un autre regard sur la péninsule des Balkans. Bien qu’extrêmement mélancolique, il montre aussi de manière très esthétique la vie qui habite encore cette région, sans tomber dans le pathos. Une manière élégante, et différente de montrer au monde ce que son, aujourd’hui, les Balkans.

Un autre regard sur les Balkans

Doku-Tur s’inscrit dans une démarche plus globale dans la filmographie d’André Dip et José Menezes. Les deux compères ont en effet réalisé deux autres court-métrages : Bosna-Tur et Kaucasyos-Tur qui évoquent eux-aussi des régions européennes marquées par des conflits récents, avec toujours cette envie de montrer la vie qui malgré tout, reprend le dessus.

Cette démarche, quasi-militante, permet au grand public de changer son regard sur des régions souvent peu connues, et qui restent, dans l’imaginaire commun, hantées par des conflits perpétuels. Avec cette série de vidéo, les deux réalisateurs donnent un autre regard sur les Balkans, et permettent de reconsidérer les a-priori que l’on pouvait avoir sur cette régions au final assez méconnue.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction