Si la ville revêt une importance capitale dans l’urbex, cette discipline ne se limite pas uniquement à l’exploration de milieux urbains, pour s’étendre à la (re)découverte de lieux abandonnés par l’homme. C’est du moins la définition qu’a choisi d’utiliser le photographe Romain Veillon pour son projet « Demande à la poussière », qui regroupe des clichés capturés aux quatre coins du monde dans des lieux ou la nature a repris ses droits. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ses images sont saisissantes.

Depuis toujours, Romain Veillon est fasciné par le passage du temps, la notion d’abandon et les sensations irréelles qui se développent lorsque l’on visite des lieux ou le temps à fait son office. Pour lui, il est important de laisser vagabonder son esprit pour s’interroger sur la vie passée des lieux que l’on visite. Que sont devenus ses occupants ? Comment se déroulait la vie à cet endroit ? Quelles histoires se sont déroulées dans un lieu précis ? Autant de questions qui l’habitent et fondent le cœur de sa démarche.

• Lire aussi : Naturalia, un superbe projet photo mêlant urbex et nature

C’est pourquoi il a créé « Demande à la poussière », une série de clichés réalisée lors de ces pérégrinations aux quatre coins du monde. Selon ses propres mots, il a « choisi de proposer une vision personnelle de ces lieux ; où le rôle de la lumière est essentiel et rend une fraction de vie à ses lieux oubliés ». Pour lui, la lumière remplace le vivant et symbolise la notion de temps qui passe. C’est pourquoi il a accordé une place centrale à cette dernière dans ses photos, attendant parfois des heures pour obtenir la luminosité parfaite, ou un placement mettant en valeur le lieu photographié. Une abnégation qui paie tant le résultat est magnifique.

Au cours de ses voyages, Romain Veillon a eu l’occasion de visiter de nombreux lieux fascinant, d’une ville minière abandonnée au cœur du désert Namibien au bagne de l’île du Diable en Guyane en passant par la station balnéaire d’Epecuén en Argentine. A chaque fois, il utilise son œil et sa sensibilité pour capturer l’âme de ses lieux reconquis par la nature, et en souligner la beauté farouche. Vous pourrez découvrir l’intégralité des photographies prises par Romain Veillon au cours de ses voyages en allant visiter la galerie de son site.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction