Il existe bien des manières d’être créatif, et les photographes que nous vous présentons en nos colonnes le sont chacun à leur manière. Que ce soit en photographiant leurs contemporains, le monde qui les entoure ou bien des objets inanimés, chacun d’entre eux, à sa manière, nous fait découvrir son univers, et sa vision du monde. Stephan Zirwes, lui a par exemple décidé de nous montrer la beauté des piscines qui croisent sa route, et sa démarche est moins innocente qu’il n’y parait.

S’il y a bien une chose que les photographes arrivent à nous transmettre, c’est que la beauté peut se cacher dans les moindres recoins, et qu’il suffit souvent d’un regard particulier pour la révéler. C’est le cas avec les photographies de piscines prises par Stephan Zirwes. Spécialisé dans la photographie aérienne, le photographe s’est équipé d’un Hasselblad H4D-50 pour capturer des piscines autour du monde et montrer leur diversité.

• Lire aussi : Le Skyglow Project revient avec un timelapse étonnant sur New York

Afin de mettre l’accent sur ses sujets, Stephan Zirwes a ensuite retouché tous ses clichés afin d’éliminer les bâtiments et autres éléments parasites. Il a ensuite dupliqué la texture des sols entourant les piscines, afin de les placer au centre de l’image, et focaliser l’intérêt du spectateur sur elles. De quoi admirer les formes et les couleurs de chacune d’entre elles, ainsi que la beauté qui s’en dégage.

Néanmoins, et même si l’on ne peut qu’admirer le résultat du travail de Stephan Zirwes, sachez que cette série de photo est loin d’être aussi innocente qu’elle n’y parait. Car derrière cette simple série de photographies de piscines se cache en réalité un propos engagé de son auteur, qui entend critiquer les inégalités d’accès à l’eau. En photographiant ces piscines, souvent privées, il dénonce l’appropriation de cette ressource vitale par une partie de la population, à des fins purement récréatives. Comme quoi, même de simples photographies de piscines peuvent être politiques.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction