Pour les amateurs d’exploration urbaine, comme pour les passionnés de science-fiction, la Zone d’Exclusion de Tchernobyl est un lieu fascinant à bien des égards. Immortalisé dans de nombreuses œuvres, des films de Tarkovsky au jeu vidéo S.T.A.L.K.E.R, cet endroit est aussi une destination privilégiée pour une ribambelle de photographes et vidéastes. Et l’artiste qui nous intéresse aujourd’hui, se situe en quelque sorte à la croisée de tous ces chemins.

Lukasz Brozek, l’auteur des photographies que nous vous présentons aujourd’hui, travaille en effet pour un studio de jeux vidéo, The Farm 51, qui développe actuellement sur le jeu Chernobylite. Pour ceux que cela intéresse, il s’agira d’un titre orienté survie qui nous emmènera visiter Tchernobyl après la catastrophe, et qui peuplera l’endroit de créatures bien mystérieuses, et un tantinet agressives.

• Lire aussi : Roman Robroek est de retour avec une série de photos dédiée au Duga-3 OTH de Tchernobyl

Pour réaliser ce jeu, l’équipe de The Farm 51 ou Lucas officie comme artiste 3D et artiste scanneur, se rendent régulièrement dans le Zone d’Exclusion de Tchernobyl afin de procéder à des scans complets de l’environnement, qu’ils utilisent ensuite pour créer des modèles 3D qui seront implantés dans le jeu. Ce procédé, nommé photogrammétrie, permet de reproduire à l’identique un objet, une personne ou un lieu réel, avec un niveau de détail hallucinant. Vous pourrez découvrir de nombreux exemples de ce procédé, ainsi que quelques très jolies photos de Tchernobyl en allant faire un tour sur le Facebook de The Farm 51.

C’est à l’occasion de la dernière session de scanning que Lukasz Brozek s’est décidé à prendre quelques photographies pour le plaisir. Pour magnifier la zone, il a utilisé un procédé que nous avions déjà couvert en vous présentant le travail de Vany en fin d’année dernière, à savoir la photographie infrarouge. Une technique qui nécessite de retirer les filtres infrarouges présents dans l’appareil photo, d’augmenter la sensibilité ISO, et d’augmenter le temps de pose. De quoi obtenir des résultats surréalistes, qui collent à merveille avec l’atmosphère si particulière qui se dégage de ce lieu aussi fascinant qu’inquiétant.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction