Le compte instagram de Bryan Sansivero

Par le passé, nous vous avons présenté le travail de nombreux explorateurs urbains. Dans leur grande majorité, ces photographes taillent le portrait à de vieilles bâtisses et autres lieux abandonnés par l’homme, documentant leur lente décrépitude, cherchant à discerner l’histoire qui se cache derrière. Bryan Sansivero partage cet amour pour le passage du temps, et la recherche d’histoires oubliées, néanmoins, sa démarche s’avère bien différente de celle des autres explorateurs urbains.

Car voyez-vous, si Bryan Sansivero se plait à chercher et visiter de vieilles maisons, immeubles et autres lieux du même acabit, ce qui l’intéresse véritablement, ce sont les meubles et objets qui ont été laissé en ces lieux par leurs anciens propriétaires. Chaque visite qu’il réalise lui permet de collecter ces témoignages du passé, qui lui permettent ainsi de documenter la décrépitude de l’Amérique, son pays d’origine.

• Lire aussi : Elégance et décrépitude, découvrez l’urbex à travers l’œil de Romain Thiery

Photographe de mode et réalisateur vivant à New York, ayant travaillé pour Vogue, le New York Magazine’s, le Daily Mail ou Architecture & Design, il tire son inspiration de la beauté qu’il trouve dans la décrépitude urbaine. C’est pourquoi nombre de ses shooting prennent place dans des lieux typiques de l’Urbex, dévoilant leur lot de peinture écaillée et gravats afin de mettre en valeur les modèles qu’il photographie.

Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir l’une des dernières excursions qu’il a réalisé. Pour se faire, il s’est rendu un peu en dehors de New York afin de visiter une bicoque laissée à l’abandon depuis des années, et mise en vente en l’état. Cette dernière, sise au milieu d’un vaste terrain, est étonnamment préservée, et comporte encore tout son mobilier, ainsi que de nombreux objets ayant appartenus aux anciens propriétaires. On peut ainsi y découvrir un tapis en peau de tigre, tête comprise, des œuvres d’art, ainsi qu’une chambre médicalisée, qui permettent, avec un peu d’imagination, de se projeter dans la vie des anciens occupants. Si vous souhaitez en découvrir plus sur le travail de Bryan Sansivero, nous vous proposons d’aller faire un tour sur son site, ou bien d’aller visiter son Instagram, qui regorge de clichés fort intéressants.

Une erreur dans l'article ? Proposez-nous une correction